La charismatique petite sportive aux anneaux fête ses 20 ans. C’est au salon de Francfort en 1995 que le concept TT est présenté. Véritable concept élaboré par les studios californiens du constructeur, en novembre de cette même année la version Roadster est présentée lors du Salon de l’automobile de Tokyo. Il faudra 3 années de mise au point pour industrialiser et vendre le modèle de série qui intervient fin 1998.

TT : son nom remonte à la NSU TT (une des marques à l’origine d’AUDI, les 4 anneaux symbolisant l’union de 4 marques), appelée ainsi en référence au « Tourist Trophy », une fameuse course de motos (NSU étant fabriquant de motos à l’origine) organisée sur l’Ile de Man.
Le TT est basé sur la plate-forme du Groupe utilisée pour la V Golf 4, l’Audi A3 originale, la Škoda Octavia, et d’autres. Le style diffère peu du concept, à l’exception des pare-chocs légèrement reprofilés et de l’ajout de vitres arrières derrière les portes. Esthétiquement le succès est immédiat. Le design repose sur la courbe et la pureté de la ligne, suivant les préceptes du mouvement artistique Bauhaus des années 20 et 30 :
simplicité, fonctionnalité, visibilité des matériaux, en l’occurrence l’aluminium qui sera de plus en plus présent d’une génération à l’autre.

Audi TT
Le succès est immédiat, les motorisations variées, du 4 cylindres de 150 cv au V6 de 250 cv avec boite de vitesse DSG (VR6 3.2 litres). La TT met en avant la transmission Quattro sur ses versions les plus puissantes. En 1999 la faiblesse de l’appui sur le train arrière engendre plusieurs accidents dans des courbes abordées à haute vitesse : la suspension est revue et la pureté de la ligne cassée par une lame aérodynamique sur la malle arrière. Cela n’empêche pas le succès du coupé (un 2 + 2) et du roadster.

Le modèle devient une icône. L’habitacle est unique avec ses éléments en aluminium et les brillants moteurs permettent de prendre beaucoup de plaisir à son volant, même si le roadster manque de rigidité.

En 2006 sort la 2ème génération qui adopte la plateforme de la Golf V et utilise largement l’aluminium (69 % de la masse du châssis). La voiture grandit un peu, le poids baisse de 50 kg, le Cx est amélioré de même que la rigidité du roadster : la voiture perd un peu en charme mais grandement en efficacité ; les moteurs sont renouvelés, un diesel faisant son apparition, de même qu’une explosive version TT RS motorisée par un très musical 5 cylindres de 360 cv !

Audi TT
Après 500 000 exemplaires vendus Audi lance la 3ème génération en 2014 au salon de Genève. Le design est plus affuté, avec un intérieur particulièrement soigné : c’est le premier modèle du groupe à étrenner le Virtual cockpit (un écran numérique remplace les compteurs) l’intérieur présente des détails sophistiqués comme la commande de climatisation intégrée au centre des bouches d’aération.
Pour le 20ème anniversaire du TT Audi propose la « TT 20 years ».
Limité à 999 unités, intègre de nombreux détails : un badge avec le numéro de la voiture, ainsi que des badges « TT 20 years » sur le volant et le pommeau du levier de vitesses. On note également le design spécifique des échappements en acier inoxydable, les feux arrière Matrix OLED et les anneaux Audi à finition mate au-dessus des bas de caisse.
À l’intérieur, le cuir nappa fin marron mocassin, les surpiqûres contrastantes Panuka et la bande de cuir décorative rappellent les débuts du TT.
Récemment restylé le TT propose aujourd’hui des moteurs essence allant de 197 à 400 cv sur la RS. L’avenir du modèle fait cependant l’objet de nombreuses rumeurs, comme la possibilité d’un modèle 100 % électrique.
Le ClanTT : Dès 2003 les “TTistes” se regroupent et créent le ClanTT : l’association regroupe les amateurs de tt de toutes générations et organise des sorties partout en France. Aujourd’hui le TT mk1 est un véritable collector : produit à grande échelle le choix est large :
prenez le temps de choisir la version, coupé ou roadster. Nous avons un petit faible pour la variante 225 cv à la vivacité et au son sympathique.

Audi TT