La Mustang sortie en 1964 a créé la classe “Pony car” (d’ailleurs le signe sur la voiture n’est pas celui de “Ford” mais celui d’un cheval, un Mustang au galop) des voitures américaines, voitures de sport comme les coupés avec capots longs et courts ponts arrière et a donné lieu à des modèles concurrents tels que la Chevrolet Camaro ou Dodge Challenger.

 

Les prévisions de ventes projetaient moins de 100 000 unités pour la première année, mais dans les premiers dix-huit mois, plus d’un million de Mustangs a été construit.
C’est la voiture de sport par excellence, un symbole de la culture américaine, de la liberté au volant. La Mustang est une icône dont le dix-millionième exemplaire est sorti des usines Ford cette année.
Coupé, cabriolet ou fastback, la Mustang en est à sa sixième génération aux lignes toujours aussi agressives et au moteur toujours surpuissant, un V8 bien sûr, passé en un demi siècle de 164 à 460 chevaux mais aussi un 4 cylindres pour s’adapter aux normes environnementales.

La première personne à s’être offert une Mustang se nomme Gail Wise, elle conduit toujours sa convertible bleue ciel : « J’ai acheté cette voiture il y a 55 ans et nous en parlons encore aujourd’hui. A 76 ans, je me sens toujours comme une star de cinéma, comme à 22 ans. »

Gail Wise ne croit pas si bien dire, en 50 ans, la Mustang est apparue dans plus de 500 films du mythique Bullit avec Steve McQueen à Drive avec Ryan Gosling,
Nous avons pu croiser de nombreux fans de la Mustang au rassemblement Pôle Collection de novembre, dont les photos illustrent cet article. De nombreux clubs regroupent aujourd’hui les amateurs de la belle américaine et de nombreux exemplaires sont importés en France tellement la demande est forte, surtout pour les modèles des années 60, car malgré quelques années difficiles la Mustang a retrouvé son caractère et fait toujours rêver.